Hier soir, en terminant une journée de formation, je prends le temps d’aller sur ma page Facebook professionnelle pour voir l’action qu’il y a eu dans la journée. Je regarde les commentaires sous mes publications et je vois deux choses :

  1. Un homme me traite de pute parce que je n’ai pas remercié les personnes qui m’ont complimenté sous ma nouvelle photo de profil;
  2. Un autre homme écrit sous mon vidéo concernant l’importance de foncer et d’écouter les conseils des gens expérimentés autour de nous : trouve-toi un mari et fou nous la paix.

Au moment où je lis les deux commentaires, mon ventre se serre. De peine envers cette méchanceté complètement gratuite. Comment réagir?

J’ai envie de leur répondre, de leur faire mal à mon tour. Qui sont-ils pour se permettre de me juger? Mis à part me suivre sur ma page, ils ne me connaissent même pas! J’ai donc deux choix :

  1. Laisser l’ego l’emporter et répondre un long message rempli de haine;
  2. Ne pas m’abaisser à leur niveau et passer à autre chose.

J’ai choisi l’option 2. J’ai aussi effacé les deux messages et j’ai bloqué les deux hommes. Le reste de la soirée, les phrases revenaient dans mon esprit, comme pour me narguer. Je savais qu’ils n’avaient pas raison dans leurs paroles… mais je ne réussis pas à comprendre comment une personne peut se permettre d’écrire une telle chose, sans remord, sans réfléchir aux impacts que cela peut avoir.

Et j’ai eu de la peine pour toutes les personnes qui chaque jour, se font bombarder de jugements, de critiques, parfois même allant jusqu’à l’harcèlement.

À vous qui vous permettez de dire haut et fort ce genre d’absurdité… et si c’était vous qui les receviez? Si chaque jour, à votre arrivée au travail, à l’école ou peu importe où, vous deviez préparer votre bouclier pour vous protéger des insultes que vous allez recevoir de tout bord tout côté. Comment vous sentiriez-vous?

Je vous entends déjà… fuir la responsabilité… mettre tout sur le dos de l’autre. Parce que c’est bien plus facile de blâmer tout le monde que d’admettre vos torts.

Tandis que je ne m’abaisserai jamais à votre niveau, je ne ferai ni comme vous et je ne souhaiterai pas que la vie vous renvoie la pareille.

Parce que la pute que tu crois que je suis, au fond d’elle, sous la déception et la peine, elle ne base pas sa vie et son quotidien avec de la haine. Elle a mieux à faire! Aimer ceux qui m’entoure, complimenter ceux qui j’aime, souhaiter la meilleure des réussites à ceux qui osent et espérer meilleur à toi qui te cache derrière un écran!

%d blogueurs aiment cette page :