Une bien petite chose

Lisa Brennan-Jobs

Édito

Moi qui en temps normal ne lit pas de biographie, celle-ci m’a particulièrement intriguée.

Les gens ont tendance à croire que d’être l’enfant d’une personne connue doit être génial. Laissez-moi vous dire qu’il en est tout autrement.

À plusieurs moments durant ma lecture, le sentiment de pitié s’est emparé de moi. Je me disais : Pauvre Lisa! Et pourtant, je suis persuadée que son objectif est de loin d’obtenir la pitié de quiconque.

Sa mère est atteinte d’une maladie mentale et pourtant, son amour pour sa fille est flagrant! Même si parfois ses paroles ont été cruelles, elle a été présente pour son enfant du début à la fin.

Son père, quant à lui, a nié sa paternité longtemps. Lorsqu’il est enfin apparu dans sa vie, son ego et ses critiques prenaient presque toute la place. Comment peut-on demander à son enfant de ne plus parler à sa mère pour un temps? Comment menacer son propre enfant en lui obligeant à garder son petit frère si elle veut faire partie de la famille?

Pire encore…

Comment demander à sa propre fille, son sang, de se mettre hors du décor lors d’une séance photo? De famille!!!

Mais Lisa aimait son père! Elle a pardonné ses erreurs de trajets. Et alors qu’il était sur son lit de mort à s’excuser maintes et maintes fois auprès d’elle, Lisa lui a simplement répondu :

C’est correct papa!

%d blogueurs aiment cette page :